Mettre la personne à l’abri

Entretien avec réalisé le à Paris, France.
J'ai l'impression que les soignants, à partir du moment où ils ont mis la personne à l'abri, c'est comme s'ils avaient accompli une mission. On imagine que cette espèce de temps suspendu est quelque chose qui serait source d'apaisement pour la personne. Ce qui n'est pas le cas. Cécile Glaser. Soignante en psychiatrie avec un parcours autour de la maladie psychique, à Paris (France).