Un répondant à l’ARS
« Des fois, j'avais un peu l'impression d'être leur thérapeute. Ils viennent pour se confier. Savoir qu'à l'ARS il y a quelqu'un de ciblé en santé mentale, pour eux c'était rassurant. »