Une alternative à l’incarcération (2)
« Depuis le début, on intègre dans la réflexion des personnes qui ont à la fois été usagers de la prison, de la psychiatrie et de la rue. »